Aménager le jardin de la maison

Écrit par les experts Ooreka

Une maison, c'est aussi un terrain, qu'il faut aménager : jardin, clôture et portail, terrasse, store, véranda, pergola, garage, piscine, etc.

Jardin avec fleurs et arbres exotiques et gazon synthétique Exelgreen

L'aménagement du jardin doit être traité avec le même sérieux que l'aménagement de la maison. Pour un aménagement optimal, pensez à plusieurs points :

  • les différentes zones du jardin, selon leur usage (l'endroit où passent les voitures, l'endroit où l'on déjeune, l'endroit où l'on se repose, l'endroit où les enfants jouent, l'endroit où l'on cultive des fruits ou son potager, l'endroit décoratif...),
  • la circulation des personnes et des véhicules (par où l'on entre, comment l'on arrive à l'intérieur de la maison, comment on va d'une zone à l'autre...).

Il est indispensable de faire un plan, de calculer le nombre de pieds pour les plantations, de prévoir les emplacements selon les types de plantes, de réserver l'espace pour les constructions de jardin comme un abri ou une serre.

Jardin : l'eau


Sol qui évacue mal l'eau, ou au contraire climat sec qui impose un arrosage abondant pour maintenir des plantes, la gestion de l'eau est probablement le premier paramètre à considérer quand on aménage son jardin.

Creuser un puisard

Si votre terrain est argileux, s'il est traversé par les écoulements d'eau pluviale, ou si le climat de votre région est très humide, il est nécessaire de creuser un ou plusieurs puisards autour de votre maison pour gérer l'évacuation des eaux, ne serait-ce que pour éviter les inondations dans sa maison.

Un puisard est un puits souterrain destiné à recevoir les eaux qui s'écoulent sur le terrain, à les stocker et à les absorber. Des drains, disposés sous la terre aux endroits où l'eau s'écoule, alimentent le puisard. Les gouttières peuvent se jeter directement dans le puisard.

En pratique, le puisard est un simple trou. Il est constitué de buses en béton percées sur la périphérie. On met des cailloux au fond du puits pour éviter l'érosion, mais il ne faut pas remplir le puisard de pierres car c'est autant de volume de stockage perdu.

Plus l'eau est abondante, plus le puisard devra être profond.

Récupérer l'eau de pluie

La récupération de l'eau de pluie n'est pas uniquement un geste citoyen pour l'environnement. Elle vous permet de faire des économies substantielles : économies d'eau, économies d'énergie, économies en produits détergents.

La récupération de l'eau de pluie peut avoir plusieurs usages :

  • arrosage du jardin (c'est l'usage le plus courant),
  • lavage de surface, de voiture...
  • piscine,
  • usage à l'intérieur de la maison (eau sanitaire, machines à laver).

La récupération de l'eau de pluie se fait à partir de l'eau qui ruisselle sur le toit et qui descend par les gouttières. En principe, une simple cuve de grand volume suffit, mais encore faut-il l'installer de manière à la fois esthétique et pratique !

L'arrosage

Si votre maison est implantée dans une région chaude, pensez à un arrosage automatique dès sa conception. Il est toujours plus simple de préparer l'installation lors de la conception de l'aménagement du jardin, plutôt que de devoir intervenir alors que le jardin est prêt et que les plantes ont déjà poussé !

On distingue 2 principaux types d'arroseurs fixes :

  • Les tuyères : petits jets fixes sans mouvement rotatif. La durée de fonctionnement de ces arroseurs ne doit pas dépasser les 10 minutes.
  • Les turbines : ce sont de gros jets rotatifs. La durée d'utilisation de ces arroseurs se situe à environ 20 minutes.

L'idéal en matière d'arrosage enterré est de disposer d'un programmateur et d'une sonde placée dans le sol qui déclenchera automatiquement l'arrosage dès que le besoin en eau se fera sentir.

Le programmateur gérera la durée de l'arrosage en vous évitant une surveillance constante.

Enfin, pour alimenter l'arrosage, on privilégiera l'eau issue de la nature proche : l'eau de pluie ou celle d'une nappe phréatique. C'est la solution la plus économique ! De plus, l'usage de l'eau de ville est parfois restreint, voire interdit, dans certaines communes en période de sécheresse.

Jardin : les plantations

La terre

Souvent, le sol du terrain n'est pas d'une qualité suffisante pour permettre d'y faire les plantations que l'on souhaite. Il faut alors faire venir de la terre.

Faites venir un professionnel pour évaluer correctement la qualité de votre sol et le volume de terre nécessaire aux plantations que vous envisagez.

Le gazon

Le gazon est souvent le principal ornement d'un jardin. Selon l'usage qui en sera fait (détente, sport, ornemental), le choix du semis sera différent :

  • Le Ray grass entre dans la composition de la plupart des mélanges. Sa germination est rapide et il est résistant. Il ne doit pas dépasser 50% du mélange.
  • L'agrostide est l'espèce considérée comme la plus esthétique pour sa finesse et sa couleur. Sa pousse est lente et elle résiste mal aux piétinements.
  • La fétuque présente le principal intérêt d'une bonne résistance à la sécheresse tout en restant esthétique.
  • Le pâturin a la qualité d'être vert toute l'année mais il est gourmand en eau et en engrais et il est sensible aux maladies.
  • Le cynodon est souvent considéré comme grossier mais il est le plus résistant à la sécheresse et à la pauvreté du sol.

Un gazon nécessite de soigner la préparation du terrain (désherbage, drainage, labour), comme il nécessite de l'entretien pour rester beau (tonte, fertilisation arrosage, aération, scarification, rouleau, désherbants...).

Pour planter son gazon, deux options :

  • semer son gazon (au printemps ou à l'automne),
  • le poser en rouleaux, par plaques de gazon prégermé.

Les arbres et les fleurs

Les arbres et les fleurs sont au jardin ce que la décoration intérieure est à la maison. Les critères esthétiques priment, mais pour avoir des plantes qui durent, il faut toujours prendre en compte :

  • la région et son climat
  • la nature du sol
  • l'exposition au soleil.

Différentes catégories d'arbres peuvent agrémenter un jardin, avec des fonctions très différentes :

  • servir de clôture ou de haie,
  • procurer de l'ombre,
  • produire des fruits,
  • fleurir, décorer.

Pour chaque zone de votre jardin, choisissez les arbres qui conviennent le mieux ! De même pour les fleurs.

Pour les fleurs, choisissez des espèces qui fleurissent à des époques différentes, afin de donner de la couleur au jardin le plus longtemps possible.

L'abri de jardin

Un abri de jardin est très utile pour ranger le matériel de jardinage, bricolage, le barbecue ou encore les jeux de plein air. Toutes les dimensions existent, entre 1 et 25m². On fixera son choix selon :

  • les besoins (création d'atelier ou simple débarras)
  • la superficie du terrain
  • le budget.

Abri de jardin : quel matériau ?

L'abri de jardin peut être en bois, PVC ou métal :

  • Abri de jardin en bois : élégant, facile à intégrer dans le jardin, on le trouve dans des finitions et coloris variés. Les essences aussi sont variées (cèdre, pin naturel ou traité en autoclave, sapin). Ce matériau naturellement isolant est très résistant. En revanche, il demande un entretien relativement régulier (application d'une lasure pour protéger la couleur). Il est assez cher.
  • Abri de jardin en acier : résistant, cet abri est facile d'entretien et disponible en plusieurs coloris. En revanche, on choisira un abri à double paroi pour une bonne isolation et on veillera à choisir un modèle traité contre la corrosion.
  • Abri de jardin en aluminium : léger et bon isolant, l'aluminium offre un design contemporain et surtout, ne rouille pas. Comme l'abri en acier, ses performances sur le plan de l'isolation sont toutefois très moyennes. On choisira un abri en aluminium deux parois pour une meilleure protection.
  • Abri de jardin en PVC : peu chers, ces abris sont très faciles d'entretien et légers. Mais ils ont tendance à se détériorer au fil des années et restent peu esthétiques. On préférera un modèle avec porte renforcée pour une meilleure sécurité.

Abri de jardin : quel prix ?

  • Pour un abri inférieur à 5 m² : entre 150 et 1 000 €.
  • Entre 5 et 10 m² : 500 à 2 000€.
  • Entre 10 et 15 m² : 700 à 5 000€.
  • Au-delà de 15 m² : de 1 000 à 8 000€.

La serre

La serre est un aménagement intéressant lorsque l'on souhaite entretenir un potager ou aménager un espace annexe à la maison.

Serre : quel emplacement ?

L'emplacement de la serre est le premier point à considérer. Il faudra choisir un lieu ensoleillé et le plus possible protégé du vent, qui peut provoquer des déperditions de chaleur voire des dégâts matériels.

Quel type de serre ?

Les formes et les dimensions des serres sont très variables. En général, les modèles les plus courants sont plus économiques car livrés en kit à monter soi-même, tandis que les modèles plus élaborés doivent être montés par le fournisseur :

  • La serre traditionnelle aux parois verticales, présentant l'espace intérieur le plus rationnel.
  • La serre tunnel : la version la plus économique, la plus facile à monter mais la moins résistante et la moins esthétique.
  • La serre adossée. Elle est adossée à l'une des parois de la maison et offre les avantages d'une protection accrue aux intempéries, d'un raccordement facile au chauffage et la possibilité d'un jardin d'hiver.
  • La mini-serre : solution tout indiquée à défaut d'espace si l'on veut tout de même profiter des avantages d'une serre.

Serre : quel matériau ?

On distingue les matériaux utilisés pour la structure et ceux employés pour le revêtement.

Pour la structure :

  • Aluminium. Matériau très pratique et très utilisé, pour sa solidité et le peu d'entretien qu'il nécessite. Une structure en aluminium de qualité peut durer une centaine d'années.
  • Bois. C'est le matériau le plus séduisant : esthétique, il s'intègre aisément dans le jardin. On adoptera un bois imputrescible et s'il est bien entretenu, il pourra durer toute une vie.
  • Acier. Il présente l'avantage d'être souple et résistant. Une serre en acier pourra avoir la longévité d'une serre en aluminium à condition d'un traitement anti-corrosion.
  • PVC. Assez bon marché, c'est l'un des meilleurs isolants, mais il est peu apprécié esthétiquement et sa longévité n'est pas exceptionnelle.

Pour le revêtement :

  • Le film souple laisse parfaitement passer la lumière et retient bien la chaleur. C'est le revêtement le plus économique mais il devient jaune et cassant au bout de trois à quatre ans. Il doit donc être régulièrement remplacé.
  • Le plastique est vendu sous forme de grandes feuilles légères et projette donc peu d'ombre. Il est aussi le plus hermétique des revêtements, donc le meilleur conservateur de chaleur. Il est cependant difficile à nettoyer.
  • Le verre est parfaitement indiqué pour une serre pour ses qualités de transparence, sa durée de vie et sa facilité de nettoyage. Mais il est relativement lourd et fragile, donc potentiellement dangereux notamment pour les enfants, à moins d'être du verre trempé.

Serre : quel équipement ?

  • Le chauffage : il sera fonction du type de plantes entretenues. Il faut avant tout se munir d'un thermomètre et choisir la solution adaptée : chauffage électrique, au gaz ou au pétrole.
  • L'isolation : elle entre pour une part essentielle dans la conservation de la chaleur nécessaire et dans la réduction des dépenses de chauffage. Il existe différentes solutions plus ou moins onéreuses pour améliorer ce facteur.
  • Le système de ventilation : c'est aussi l'un des points clés du bon fonctionnement d'une serre, été comme hiver. On peut procéder de deux manières : ventilation manuelle grâce aux différentes ouvertures ou ventilation forcée par le biais de ventilateurs électriques.
  • L'arrosage : combiné aux autres opérations, il complétera l'ensemble des mesures à mettre en œuvre. C'est une opération délicate compte tenu des besoins inhérents à chaque plante. Là encore, l'arrosage peut être manuel ou automatique.

Serre : quel entretien ?

On accordera un soin particulier à l'entretien de la serre. Car une serre bien entretenue est plus belle, mais est aussi mieux protégée contre les éventuelles infections qui menacent les plantes. La solution : procéder à un nettoyage régulier ainsi qu'à son entretien saisonnier.

Serre : quel prix ?

Il est variable en fonction de la taille, des accessoires et surtout des matériaux qui la composent. Pour une serre de même taille et même usage le prix peut de ce fait varier de 1 à 15.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics.

Des spécialistes de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !

Demander des devis

Merci de préciser le type de prestation souhaitée afin de vous orienter vers les pros qu'il vous faut.

Merci de préciser votre code postal.



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !