Chape désolidarisée

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

La chape désolidarisée est une technique de construction destinée à la pose d’un carrelage, d’un dallage, d’un plancher chauffant ou non, sur un support non adhérent. Il faut alors couler sur la semelle, le plancher bois ou le dallage, voire le carrelage existant, une chape de mortier afin de faire un ragréage, une mise à niveau ou un support sain. Dans ces cas peuvent se présenter deux solutions opposées : la chape adhérente et la chape désolidarisée. Mais quand faut-il choisir la seconde plutôt que la première ?

Définition et principe de la chape désolidarisée

Définition

Alors qu’une chape est généralement coulée directement sur un support granuleux auquel elle adhère, d’où l’appellation de chape adhérente, la chape désolidarisée est coulée sur un support intermédiaire (la sous-couche de désolidarisation), donc « désolidarisée » de la dalle (ou du dallage, carrelage, plancher bois ou autre) qu’elle recouvre.

Pourquoi une chape désolidarisée ?

Les principales raisons qui imposent de désolidariser la chape que l’on souhaite couler tiennent à la nature et à l’état du support. Il en est ainsi lorsque le support inférieur n’est pas adapté pour garantir l’adhérence du béton de la chape (couches trop légères ou trop anciennes de béton, dallage, pavage, carrelage, plancher bois…) et/ou pour empêcher la migration d'humidité, dans le cas de futurs revêtements de sols sensibles à l'humidité ou étanches à la vapeur (parquet, carrelage…).

Utiliser une chape désolidarisée possède deux avantages principaux :

  • la chape désolidarisée ne subit pas les efforts et mouvements de la dalle inférieure, notamment du plancher bois (panneau CTB, OSB, contreplaqué) : elle glisse sur la sous-couche de désolidarisation et ainsi ne se distend pas, ni ne se compresse, sous les contraintes de la dalle ou du plancher ;
  • la chape désolidarisée se tend et sèche uniformément, sans que son humidité soit aspirée par le mortier ancien de la dalle inférieure ou le bois du plancher, ce qui limite les problèmes dus à une dessiccation trop rapide et non uniforme, pouvant provoquer des fissures et une dégradation imminente.

Mise en œuvre d'une chape désolidarisée

Au préalable

Avant de couler une chape désolidarisée, il convient de s’assurer de la planéité et du ragréage du support (dalle, carrelage, plancher bois…), et de prévoir à l’avance l’éventuelle couche de nivellement dans laquelle auront été logées les canalisations et gaines (ECS, évacuation, chauffage, électricité..), susceptibles de créer un relief, donc des obstacles aux mouvements de la chape (ravoirage).

Réalisation de la sous-couche

La pose de la sous-couche de désolidarisation consiste à dérouler sur le support à recouvrir soit un film en polyéthylène faisant office de membrane frein-vapeur, soit un autre produit enduit (papier bitumé, textile non tissé bitumé, natte polyéthylène…), selon les précisions et contraintes d’étanchéité à l’humidité indiquées par le fabricant. Le choix de la sous-couche de désolidarisation dépend de la nature du revêtement qui viendra la recouvrir, et notamment des éventuelles colles et mortiers colles pouvant adhérer sur la sous-couche.

Coulage de la chape

La confection du mortier de la chape doit répondre aux prescriptions de la norme NF EN 197-1 qui régit les dosages sur les mortiers utilisables pour faire une chape. Il faut souvent prévoir une épaisseur de mortier plus importante (5 cm) pour la confection d’une chape désolidarisée que pour une chape adhérente, notamment si un treillis est inséré à l'intérieur. Dans ce cas, le coulage de la chape sera effectué en deux couches identiques « frais dans frais » de même épaisseur, afin que le treillis se situe à peu près au milieu de l’épaisseur de la chape désolidarisée.

Prix

Le prix de revient d’une chape désolidarisée n’est pas beaucoup plus élevé que pour une chape adhérente, si ce n’est qu’il faut inclure dans le budget davantage de ciment et de sable pour créer une chape plus épaisse, acquérir le treillis à incorporer dans la chape, et surtout ajouter le coût du film ou de la natte de désolidarisation.

La natte de désolidarisation ou le film (papier ou polyéthylène) se vend généralement en rouleaux de 10 m de longueur sur 1 m de large (prévoir un éventuel recouvrement des lés). Selon les spécificités du produit (nature et conditionnement), la nappe de désolidarisation se vend autour de 10 € à 15 €/m².

Chapiste

Article

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider