Sommaire

La construction d’une maison ou d’un bâtiment doit parfois se faire sur des terrains souples ou des sols trop meubles pour en supporter le poids. Le principe des fondations profondes et fondations spéciales est ancien puisque des édifices moyen-âgeux ont souvent été construits sur des pieux en bois. Depuis, les matériaux et techniques ayant évolué, les fondations profondes sur pieux ou micro-pieux se sont généralisées et standardisées. Découvrez avec nous le principe de la construction sur pieux, la différence avec les micro-pieux et comment réaliser des fondations sur pieux.

Principe de la fondation sur pieux

Pour se protéger des agressions aussi bien de la faune que du voisinage, de tout temps on a eu recours à la construction sur l’eau, sur sol meuble ou instable. Alors que le poids des petites constructions en matériau léger pouvait être supporté par de nombreux sols un peu souples, dès lors que l’on a construit en pierre puis en briques et en parpaings des édifices pesants, il a fallu trouver le moyen pour que celui-ci ne s’enfonce pas dans le sol en raison de son poids.

Construire sur la roche n’est pas un problème, mais pour construire sur de la terre on a développé le principe de fondations suffisamment larges et profondes pour minorer la pression du poids du bâti appliquée au sol (semelles filantes et semelles isolées). Dès lors que le sol est meuble (sable, limon, tourbe…) il faut aller chercher au-dessous de la couche meuble la couche dure qui supportera le poids du bâti, ou répartir la résistance à l’enfoncement de la charge entre pression verticale et frottement. La construction sur pieux répond à ces deux impératifs en permettant par la longueur des pieux (et par le diamètre) d’aller reposer sur la couche la plus dure du sous-sol mais aussi, par la longueur et le nombre de pieux, d’opposer à la gravité le frottement entre le sol et la surface développée des pieux.

Généralement assisté d’un bureau d’études, c’est l’architecte qui, en fonction du poids du bâtiment et de l’étude de sol, détermine si les fondations doivent être sur semelle et radier ou sur pieux (ou micro-pieux). Il indique également le nombre, le type et les dimensions des pieux.

Lire l'article Ooreka

Deux types de pieux

Lors du chantier de création de fondations profondes, on peut alors choisir entre plusieurs techniques de confection et de réalisation des pieux parmi les pieux battus et les pieux forés :

  • Les pieux battus sont des pieux qui ont été façonnés à l’avance (hors site ou sur site). Jadis en bois, ils sont de nos jours plutôt en béton armé et/ou précontraints, voire en acier ou mixtes (acier et béton). Leur appellation de pieux « battus » tient à leur mise en place dans le sol qui se fait par battage (charge appelée « mouton » qui est abattue sur la tête du pieu comme un marteau sur un clou). La forme, les dimensions, les renforts de tête des pieux battus sont très diverses en fonction de la nature du sol, de la charge de la construction, etc. Certains pieux battus peuvent être en acier enrobé (de béton) ou vibrofoncés (enfoncés par vibrations), ou injectés haute pression lorsqu’un coulage de béton vibré est ensuite effectué via des tubes à manchette ;
  • Les pieux forés sont réalisés sur site après forage dans le sol. On distingue :
    • Les pieux forés simples qui ne se placent que dans les sols situés au-dessus des nappes phréatiques (profondeur généralement inférieure à 20 m) pour lesquels aucune protection des parois du forage n’est confectionnée ;
    • Les pieux forés tubés pour lesquels le forage est fait au centre d’un tube déjà enfoncé dans le sol. Une fois le forage effectué, on injecte alors du béton avant d’extraire le tubage qui a permis une protection des parois. Cela est primordial en sous-sol boueux ou à faible granulométrie afin d’éviter le comblement du forage par affaissement des parois, mais aussi lorsque la profondeur de forage s’étend au-dessous du/des niveaux de la nappe phréatique ;
    • Les pieux à tarière creuse sont coulés au fur et à mesure du forage par injection de béton dans l’âme de la tarière (outil de forage). Plusieurs procédés brevetés sont employés dans une suite de techniques délicates à contrôler en continu (forage et coulage simultanés).

La différence entre pieux et micro-pieux dépend d’abord de la charge puis de la construction, et ensuite des contraintes du terrain. En général, les micro-pieux sont employés soit pour renforcer ou consolider une construction existante qui menace de glisser ou de s’enfoncer, soit pour maintenir sur un sol relativement instable une construction à son emplacement. Les micro-pieux agissent bien plus grâce à la surface qu’ils exposent au frottement dans le sol (anti-glissement et anti-arrachement) qu’à leur capacité à reposer sur la couche la plus ferme d’un sol meuble. La longueur des micro-pieux ainsi que leur section sont inférieures à celles des pieux battus ou forés mais, en contrepartie, leur pose est plus aisée (y compris au sein d’une construction déjà édifiée). En revanche, les micro-pieux ne sont pas conseillés aux abords du niveau d’affleurement de la nappe phréatique, et encore moins lorsque cette dernière doit être traversée.

Qui peut réaliser des fondations sur pieux, et à quel prix ?

Il faut s’orienter vers des entreprises de travaux spéciaux du secteur du BTP (Bâtiment et Travaux Publics) pour trouver des professionnels capables d’appliquer l’une ou l’autre technique de pieux battus ou forés. Les pieux battus peuvent être achetés hors site ou confectionnés sur place, mais rarement sur un chantier exigu. Si les pieux battus réclament un dispositif de battage (grue et mouton), les pieux forés réclament un dispositif de forage, mais également le nécessaire pour le coulage du béton. Le tout nécessite une bonne connaissance des différentes machines et des techniques qu’un particulier ne peut mettre en œuvre selon l’intégralité des normes.

Il est difficile d’indiquer un prix fixe car chaque fondation est unique en fonction de la nature du sol et du poids de la construction qui impliquent un plus ou moins grand nombre de pieux d’une longueur et d’une section variables.

À titre indicatif, un seul pieu foré et tubé enfoncé à 5 mètres de profondeur peut revenir entre 600 € et 800 € (tubage, forage, coulage du béton, arasage inclus). Par rapport à des fondations classiques sur semelle filante, le surcoût lié à la nécessité de fondations sur pieux varie de 1 000 € à 1 500 € environ de surface de plancher au sol, soit 10 000 € à 15 000 € pour une maison de 100 m² de plain-pied.

40 plans de maison

40 plans de maison : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour aménager intérieur et extérieur
  • 40 plans de maison illustrés et commentés
Télécharger mon guide

Aussi dans la rubrique :

Gros œuvre

Sommaire