Sommaire

La chaux, reconnue pour ses propriétés depuis des milliers d’années, a longtemps été délaissée au profit du ciment. Elle était utilisée pour construire, restaurer ou à des fins décoratives. La chaux connaît aujourd’hui un regain d’intérêt tant auprès des particuliers que des professionnels. Naturelle et facilement malléable, elle est utilisée dans la réalisation de nombreuses constructions.

La chaux : quelles caractéristiques ?

La chaux utilisée pour les constructions en maçonnerie résulte de la cuisson de calcaires naturels auxquels on a ajouté des additifs naturels puis broyés. On lui reconnaît :

  • un pouvoir désinfectant et antiparasitaire : la chaux fut longtemps utilisée pour éviter la propagation d’épidémies. Elle est conseillée pour purifier l’air des maisons d’habitations anciennes ;
  • un pouvoir respirant permettant aux maçonneries de respirer : la perméabilité de la chaux assure les transferts de la vapeur d’eau tout en évitant l’accumulation d’humidité ;
  • un pouvoir hydrofuge garantissant une bonne résistance en cas d’incendie ;
  • un rendu décoratif esthétique ;
  • un pouvoir isolant offrant un confort thermique et acoustique

La chaux : les différents types

En construction, deux types de chaux peuvent être utilisés : la chaux hydraulique et la chaux aérienne.

La chaux hydraulique

La chaux hydraulique sous forme de poudre dont la prise se fait en contact avec l’eau. La chaux hydraulique peut avoir une prise plus ou moins longue en fonction de son index d’hydraulicité défini à partir de la quantité des éléments constitutifs du calcaire (silice, oxyde de fer et alumine). Ainsi, plus le pourcentage d’argile dans le calcaire est important, plus l’index d’hydraulicité est élevé et la prise rapide. Une chaux est réputée faiblement hydraulique lorsqu’elle contient de 5 à 8 % d’argile dans le calcaire avec une prise de 15 h à 30 h. A contrario, elle sera considérée fortement hydraulique avec un pourcentage de 19 % à 22 % avec une prise de 2 h à 4 h.

La chaux aérienne

Enfin, la chaux aérienne, également appelée chaux éteinte, se trouve sous forme de poudre ou exceptionnellement de pâte. La prise de cette chaux se réalise au contact de l’air. Cette étape est suivie d’une seconde appelée carbonatation correspondant au durcissement de la chaux aérienne.

Lire l'article Ooreka

La chaux : ses utilisations 

La chaux est privilégiée en cas de restauration de bâti ancien afin de préserver les particularités de l’édifice : constructions en pierre, murs badigeonnés à la chaux, etc. La chaux hydraulique est préconisée pour les emplois extérieurs nécessitant une résistance mécanique : les enduits de soubassements, la pose de carrelages, les maçonneries de murs, la réalisation de chapes, etc. La chaux hydraulique peut également être utilisée pour les constructions récentes dans un souci esthétique (enduits colorés) ou pour la consolidation de briques ou de pierres. Quant à la chaux aérienne, elle est préconisée pour les enduits de faible épaisseur (maximum 1 cm), les enduits de finition intérieurs et les peintures nécessitant un temps de séchage supérieur à 2 semaines. Elle est contre-indiquée en cas de présence d’humidité dans les maçonneries.

Consulter la fiche pratique Ooreka

La chaux : quel tarif ?

La chaux est un matériau abordable puisqu’il faut compter entre 10 et 20 € pour un sac de 25 kg.

40 plans de maison

40 plans de maison : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour aménager intérieur et extérieur
  • 40 plans de maison illustrés et commentés
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Autres matériaux

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider