Sommaire

Construire un sous-sol en neuf, c'est saisir l'opportunité d'un volume supplémentaire pour une emprise équivalente sur votre terrain. La construction en sous-sol présente des intérêts, nécessite une réflexion préalable et fait l'objet de précautions que nous vous détaillons dans cet article !

Construction sous-sol : ses caractéristiques

Définition

La construction d'un sous-sol augmente l'inertie thermique d'une maison puisque le sous-sol fait office de tampon supplémentaire : son volume agit comme un isolant.

Sans être chauffé, le sous-sol, avec sa température plus constante, est source de rafraîchissement l'été, et tempère les pertes de chaleur en sol l'hiver.

Les différents types de sous-sol en construction neuve

La construction d'un sous-sol permet la création d'espaces techniques ou fonctionnels pour :

  • faire circuler des réseaux plus accessibles (généralement en plafond) ;
  • avoir de la place pour des locaux techniques (chaufferie, stockages,réserves) ;
  • créer un garage, un rangement ou une cave.

Elle peut également servir à créer un espace de vie supplémentaire (salle de jeux, chambre, bureau) moyennant l'aménagement d'une source de lumière naturelle comme un soupirail ou une cour anglaise avec ouverture directe sur l'extérieure (fenêtre ou porte).

Consulter la fiche pratique Ooreka

Spécificités de la construction neuve en sous-sol

Les différentes règles d'urbanisme

Il est important de prendre connaissance du règlement d'urbanisme, notamment du Plan Local d'Urbanisme (PLU) ou du règlement de lotissement, qui peut contenir dans ses articles une contrainte ou une interdiction concernant la construction d'un sous-sol.

Dès que la construction du sous-sol dépasse plus d'1,80 m sous plafond, il doit faire l'objet d'un permis de construire. Un sous-sol aménagé de plus d'1,80 m de hauteur est considéré comme une surface habitable et donc taxable.

Lire l'article Ooreka

La nature du sol

Il vous faudra obtenir des renseignements sur la nature du sol.

Un terrain très rocheux engendre des travaux de terrassement coûteux (la roche est dure à creuser voire même impossible à creuser comme dans du granit).

Un terrain exclusivement argileux (imperméable) ou en présence d'une nappe phréatique proche de la surface est déconseillé pour la construction d'un sous-sol.

Un terrain en bas de pente est plus sujet à la stagnation d'eaux.

Rapprochez vous de votre mairie ou service urbanisme pour avoir des éléments sur la nature et le caractère inondable des terrains.

La destination du sous-sol

Ensuite, définissez au préalable la destination du sous-sol pour préparer les travaux en fonction des besoins.

Un espace technique a besoin de moins de hauteur qu'un espace de vie : une hauteur de 1,80 m à 2,10 m suffit dans le premier cas ; une hauteur de 2,20 m à 2,50 m est plus judicieuse et moins écrasante dans le second cas. Un espace technique n'est pas chauffé et nécessite un isolant en plafond (flocage ou isolant rigide) ; un espace de vie chauffé nécessite un simple habillage et de préférence un isolant phonique mince.

L'espace cave n'a pas besoin de dallage mais plutôt d'un gravier pour permettre une meilleure respiration et humidité suffisante (entre 50 et 80%) — certains réalisent un dallage quand même.

Ventilation et aération

Enfin, il faudra penser à un système de ventilation ou d'aération à mettre en place. Pour un bon confort, il est important de maintenir une bonne hygrométrie et éviter les condensations.

D'ailleurs, n'oubliez pas que les murs respirent : étant déjà étanches à l'extérieur, attention à ne pas les rendre hermétiques par l'intérieur, car vous risquez d'y enfermer l'eau et de créez des désordres dans le temps. Le conseil est de laisser une lame d'air et d'isoler ensuite.

Lire l'article Ooreka

Construction sous-sol : prévention et risques

L'objectif principal est d'éviter les suintements récurrents des murs et du sol. En effet, le point sensible de la construction d'un sous-sol est l'étanchéité à l'eau : on dénombre plus de 3000 sinistres en France du à un défaut d'étanchéité en sous-sol.

Les causes principales de ces suintements sont les remontées d'eau par capillarité, et les eaux de ruissellement ou d'infiltrations stagnant autour des murs. La stagnation de ces eaux entraîne des pénétrations, des taux d'humidité élevés et un environnement peu sain et allergène avec la création entre autres de salpêtre.

Il existe des solutions pour prévenir ces risques, beaucoup plus simples et efficaces que pour guérir les défauts après avoir construit :

  • Se prémunir des eaux de ruissellement et d'infiltrations qui pénètrent dans les murs en mettant en place un drainage le long des murs et en prévoyant un revêtement d'imperméabilité sur l'extérieur des murs comme le préconise les D.T.U. 20.1 et 26.1 (Document Technique Unifié) ;
  • Empêcher les remontées grâce à un cuvelage comme le préconise le D.T.U. 14.1, en particulier en présence d'une nappe phréatique proche de la surface ou d'un risque d'inondations par un cours d'eau.
  • Limiter le nombre de points d'entrée possible pour l'eau comme des joints, le passage de fourreaux ou tuyaux à travers les murs du sous-sol.

Les étapes de la construction d'un sous-sol

Voici les quelques étapes à suivre pour procéder à l'aménagement du sous-sol de votre terrain :

Les fouilles

Opérez des fouilles importantes et profondes, dites en pleine masse, sur l'ensemble de l'emprise du sous-sol. Creusez sur 1 mètre de plus autour de l'emprise, si possible, pour vous donner l'opportunité de reconstituer un sol perméable et idéale pour drainer les eaux de ruissellement provenant surtout des précipitations.

Réalisation de fondations et dalle en fond de fouilles pour l'assise du sous-sol

Lors de la construction d'un sous-sol, on met souvent en œuvre un radier qui est un dallage plus épais que la dalle sur terre plein classique (15-16 cm d'épaisseur), qui sert en même temps de semelle comme les fondations.

Une couche d'isolation rigide et un film en polyéthylène souple contribueront à une bonne étanchéité.

L'élévation des parois verticales

Elles doivent s'opposer aux poussées du terrain. C'est pourquoi il est obligatoire de rigidifier et de stabiliser les murs en les ferraillant.

Ces murs sont souvent en béton armé, le meilleur principe constructif pour résister aux pressions de l'eau et aux risques de tassement : voiles banchés ou parpaing plein avec des chaînages verticaux et horizontaux. Cela permet qu'ils soient le plus continus possible en limitant les possibilités de pénétrations et la présence de joints.

Dans le cas d'un terrain en dénivelé, la face du sous-sol  retenant la terre de la pente est plus sollicitée : il faut s'opposer aux poussées et le principe du mur lesté permet avec un mur en T renversé de compléter la stabilité.

La semelle (fondation) du mur se prolonge un peu sous la terre afin que le poids de la terre sur la semelle produise un effet de contrepoids.

Le drainage

En fond de fouille à l'extérieur des murs périphériques du sous-sol, un réseau doit être créé pour permettre l'évacuation des eaux de ruissellement : c'est le drainage.

Ce drainage doit être réalisé du côté où arrivent les eaux de ruissellement (sens de la pente).

Il s'agit d'un tuyau PVC longitudinal place au pied du mur entouré de matériau filtrant et de géotextile (sable, gravier et terre végétale par dessus).

Lire l'article Ooreka

Imperméabilisation des murs extérieurs

Pensez enfin à la mise en place d'une couche ou enduit hydrofugé pour l'imperméabilisation des murs extérieurs, remontant jusqu'à 15 cm au-dessus du sol fini et apposez, par dessus, un film ou une membrane protecteurs.

40 plans de maison

40 plans de maison : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour aménager intérieur et extérieur
  • 40 plans de maison illustrés et commentés
Télécharger mon guide

Aussi dans la rubrique :

Gros œuvre

Sommaire