Sommaire

Par définition, une dalle portée est un plancher constitué de béton armé qui trouve ses appuis dans des scellements périphériques, à l'endroit des longrines, semelles, et fondations.

Dalle portée : définition

Comme son nom l'indique, la dalle portée est portée par les ceintures des soubassements et n'est donc pas posée sur le sol. Il existe deux types de mise en œuvre des dalles portées.

Les dalles solidarisées

Ce sont des dallages prenant appuis dans les armatures des rives lors des coffrages. Elles sont déclinées en deux types : les dalles sur terre-plein et sur vide sanitaire.

Les dalles désolidarisées

Elles sont libres d'appuis et jouissent d'une possibilité de mouvement grâce aux joints laissés aux abords des murs.

Types de dalle portée

Il existe plusieurs types de dalles portées. La réglementation en vigueur définit, dans le document technique unifié DTU 13.3, plusieurs critères de classement. Ainsi et selon la destination d'un local d'une construction, son activité, sa surface globale et la charge d'exploitation attendue, la méthode de dallage diffère sensiblement:

Type de locaux

Surfaces admissibles

Charges admissibles

Épaisseur de la dalle

Locaux industriels

N'importe quelle surface

N'importe quelle charge

15 cm

Toute destination

N'importe quelle surface

˃ 10 kN/m²

15 cm

Locaux commerciaux

˃ 1000 m²

N'importe quelle charge

15 cm

Locaux commerciaux

˃ 1000 m²

˂ 10 kN/m²

13 cm

Habitation collective et ERP

N'importe quelle surface

≥ 10 kN/m²

13 cm

Logements individuels

N'importe quelle surface

˂ 10 kN/m²

12 cm

Les dalles portées solidarisées

Il s'agit des dalles portées dont la mise en œuvre exige une grande technicité, notamment pour pallier aux ponts thermiques résultant de la rupture des isolants sous dalle. Le chaînage de ces ouvrages nécessite également la mise en place dans les rives d'un renfort soit en forme de U, intercalés de 20 cm chacun sur une longueur de 1,5 m, ou par un treillis soudé de forme carrée d'une dimension de 15 cm de chaque côté. Cette opération a pour objectif de renforcer les points d'ancrage des dalles aux ceintures. En effet la dalle étant solidaire de ses appuis, les efforts tranchant sont plus élevés aux extrémités.

La dalle sur terre-plein

C'est le procédé le plus économique d'un point de vue de l'exécution, car il ne nécessite pas une grande maîtrise et il offre surtout une rapidité de mise en œuvre. Cette dalle repose sur un terre-plein tassé, composé d'un hérisson (lit de pierres) ou d'un tout-venant, sur lequel seront coulés le béton et les armatures.

La technique présente quelques désagréments après achèvement, notamment si des précautions n'ont pas été prises pour parer à l'humidité du sol (remontées capillaires…) mais aussi à sa désinfection de tout insecte nuisible, comme les termites.

La dalle sur vide sanitaire

Un vide est laissé entre la dalle et le sol. Son rôle est de permettre une meilleure ventilation et un assèchement du sous-sol grâce à l'air qui circule en sous face. Il est important de réaliser des ouvertures quadrillées de chaque côté des vides laissés, assez fines pour permettre le passage de l'air et empêcher le passage des animaux indésirables. Ce type de dalle n'est pas préconisé pour tous les sols. Il offre une résistance supplémentaire à l'ensemble de l'édifice. Nous vous recommandons alors sa mise en œuvre pour des sols instables, argileux et sujets à des mouvements sismiques.

Mise en œuvre d'une dalle portée

Avant de pouvoir couler une dalle, il convient de préparer votre sol à la recevoir. Il est important de décaper le terrain de tout détritus et végétation. Ensuite, on procède au nivellement, selon le dessin de votre architecte (égalisé ou légèrement pentu). Intervient alors le compactage du tout-venant afin de donner au béton une assise rigide. Vous terminerez cette préparation avec la mise en place d'un drainage efficace.

La dalle est d'une épaisseur de 12 cm, dont le béton doit répondre à une résistance de 20 MPa et un dosage de ciment correspondant à 400 kg/m³. Quant aux armatures, elles ne doivent excéder 0,2 % de la section du béton (ST25C).

La protection du terre-plein est importante, notamment pour éviter les remontées d'eau et l'action négative des termites. Veuillez noter les étapes suivantes en partant du sol :

  1. Mise en place d'un terre-plein terminé par une couche de sable de 5 cm.
  2. Pose d'un anticapillaire.
  3. Pose d'un isolant du type polystyrène.
  4. Pose d'un film en polyéthylène.
  5. Pose d'un film anti-termites.
  6. Mise en place d'un treillis soudé, posé sur cales.
  7. Coulage du béton.
Lire l'article Ooreka

Quelques précautions

Avant d'envisager n'importe quelle dalle portée, nous vous recommandons de faire une étude de sol : cela permet de définir le type d'ouvrage à mettre en place. Il faut également s'intéresser aux flux souterrains des eaux (cavités, puits…). Vous trouverez auprès des services de l'État des études précises sur les sols dans votre région, qui mettent notamment en avant le parcours de l'eau en surface et en sous face.

Sachez que les sols argileux, inondables et très pentus ne conviennent pas à des dalles sur terre-plein. Enfin, n'hésitez pas à solliciter un professionnel si un doute existe quant à la définition de la nature du sol.

Ces pros peuvent vous aider