Matériaux de construction écologiques

Sommaire

Les matériaux écologiques sont des matériaux de construction dont l’impact sur l’environnement et la santé est limité, aussi bien pour leur production que pour leur transport et leur utilisation. Pour autant, les constats concernant les problèmes environnementaux nombreux liés aux bâtiments existent depuis longtemps, et ont nécessité une prise de conscience du secteur portée par des réformes ambitieuses.

Matériaux écologiques : leur utilité

L'industrie du bâtiment fait partie des secteurs les plus gros consommateurs d'énergie, une consommation qui est pluriforme : depuis celle qui est nécessaire pour extraire les matières premières, les transformer et les conditionner jusqu’à celle qui est utilisée pour la mise en œuvre sur site, en passant par leur transport et leur recyclage en fin de vie. La volonté d’être dans une diminution de la consommation des ressources et des énergies fossiles oblige donc à réfléchir selon deux voies :

  • On peut utiliser des matériaux classiques qui demandent moins de consommation d’énergie, sous les différentes formes citées. Cela implique de travailler sur les processus de production et sur la logistique.
  • On peut aussi utiliser plus de matériaux « naturels », c’est-à-dire dont la matière première existe à l’état naturel. Lorsque ces matériaux sont issus de la biomasse végétale ou animale, on parle de matériaux bio-sourcés.

Ainsi, les matériaux écologiques sont moins polluants non seulement pour leur fabrication mais aussi une fois installés. Il faut avoir présent à l'esprit que bon nombre de produits du bâtiment continuent d'émettre des composés chimiques une fois posés, polluant ainsi l'air intérieur.

La diminution des types de pollution est à prendre au sens large, avec par exemple des matériaux qui nécessitent des outils moins bruyants pour les installer (lutte contre la pollution sonore) ou qui sont de meilleurs isolants phoniques.

Lire l'article Ooreka

Les caractéristiques des matériaux écologiques

Les matériaux écologiques doivent présenter un certain nombre de caractéristiques.

Renouvelables

Par exemple, ils doivent être renouvelables facilement, c’est-à-dire ne pas provenir d’une source limitée qui s’épuise au fur et à mesure de l’utilisation. Il leur faut consommer le moins possible d’énergie pour le transport, ce qui revient à privilégier les circuits courts (matériaux locaux utilisés localement). Enfin, les processus de fabrication doivent être le moins gourmand possible en énergie et en matières premières.

Recyclables

Ils doivent être recyclables pour pouvoir être réutilisables au moins une fois tel quel, voire plusieurs fois, reconditionnés afin d'obtenir le même matériau neuf, à la fin du cycle de vie du produit et introduits dans un autre process, toujours en fin de vie, afin de contribuer à la fabrication d'un produit neuf différent. Les résidus de production des matériaux écologiques doivent être eux-mêmes utilisés pour fournir de l’énergie peu polluante à bas coût ou pour faire partie du process de production d’autres matériaux écologiques.

Non polluants

Les matériaux écologiques doivent préserver la santé des opérateurs qui les fabriquent mais également de ceux qui les utilisent ou du client final (par exemple, moins de polluants dans l'air intérieur).

Proches des matériaux classiques

Les dimensions et les quantités de matériaux à utiliser ne doivent pas être trop éloignées des mêmes caractéristiques pour les matériaux classiques, afin de pouvoir être posés facilement par les ouvriers du bâtiment. De même, leurs performances selon le secteur concerné doivent être compatibles avec les exigences de la réglementation.

Les matériaux écologiques employés selon les usages

La liste est longue car les matériaux écologiques existent dans tous les secteurs ; nous ne pouvons en citer que quelques-uns :

  • Pour le gros œuvre, le bois (sous réserve qu'il provienne de forêts gérées durablement avec label FSC) et les briques de terre crue pour ce qui concerne les murs, les toitures végétalisées pour les couvertures.
  • Pour les isolants, les laines végétales (à base de chanvre par exemple), animales, les panneaux de laine ou de fibres de bois  (même remarque que pour le gros œuvre), mais aussi le liège, correspondent à beaucoup des critères énoncés.
  • Pour les revêtements, vous pourrez choisir les peintures biologiques et les textiles en tissu naturel.

L'avenir et les freins à l'utilisation des matériaux écologiques

Les matériaux écologiques ont un bel avenir devant eux, portés notamment par le Grenelle de l'Environnement, les réglementations thermiques nationales (comme la RT 2012) ou le label bâtiments « bio-sourcés ».

Il faut ajouter la sensibilisation globale des populations des pays riches aux problématiques environnementales, renforcée par certains dossiers très dommageables et médiatiques comme les cancers liés à l'amiante, matière autrefois très utilisée comme isolant dans la production de matériaux industrialisés.

Freins

Parmi les freins, le prix. En effet, les matériaux écologiques engendrent un surcoût de 10 à 30 % à surfaces égales, cet argument a tendance à ne plus être prioritaire, d'une part parce que ces matériaux permettent souvent d'avoir une consommation d'énergie moindre durant l'habitation du logement, d'autre part parce que leur utilisation de plus en plus fréquente amène les prix à baisser.

Il faut également que la matière première soit présente en quantité suffisante, ce qui n'est pas toujours le cas. Il existe notamment des conflits d'usages ; certaines matières étant déjà utilisées par d'autres filières de transformation industrielle (dans l'agro-alimentaire par exemple).

L'argument de l'utilisation de matériaux locaux voire de la fabrication des matériaux sur le chantier (maison en briques de terre crue ou en paille) est difficile à soutenir dans le cadre de programmes importants de construction qui nécessitent une production massive de matériaux, correspondant à des cahiers des charges précis, donc une industrialisation du process qui ne peut être réalisée que dans quelques usines.

Il ne leur est pas toujours facile d'être conforme aux normes techniques existantes (non écologiques), notamment lorsqu'ils sont issus de substances naturelles, car dans ce cas, leur conditionnement, leur taux de séchage ou d'autres caractéristiques peuvent varier selon la région d'origine.

Les matériaux écologiques peuvent parfois demander une technicité spécifique pour leur pose (maison en paille par exemple), ce que n'ont pas tous les ouvriers du bâtiment.

Mais un argument imparable

Il faut, en face de tous ces arguments négatifs, en mettre un, positif, qui pourrait les effacer tous : utiliser des matériaux provenant d'une biomasse gérée raisonnablement, c'est-à-dire produisant plus que la consommation qu'on veut en faire, est le seul moyen de construire durablement et de garantir un mix efficace entre :

  • performance du bâti ;
  • préservation des ressources naturelles ;
  • emplois non délocalisables ;
  • lutte contre la pollution ambiante et sécurité sanitaire des personnels de fabrication, des professionnels du bâtiment comme des utilisateurs et des locaux.
40 plans de maison

40 plans de maison : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour aménager intérieur et extérieur
  • 40 plans de maison illustrés
Télécharger mon guide