Sommaire

L'habitat individuel ou « maison individuelle » représente plus de la moitié des logements existants, avec des typologies très différentes en fonction de l'ancienneté du bâtiment.

En construction, ce type d'habitat a connu un véritable engouement entre la fin des années 70 et le début des années 2000. Mais depuis quelques années, la construction est en berne, y compris celle de l'habitat individuel.

La solution pourrait-elle se trouver dans la construction d'un autre type d'habitat ? Et la rénovation de l'existant n'offre-t-elle pas aussi des possibilités séduisantes ? On fait le point sur l'habitat individuel dans cet article.

Habitat individuel : définition

On appelle « habitat individuel » un habitat unifamilial, c'est-à-dire où ne réside qu'une seule famille ; on dit aussi « maison individuelle ».

Par opposition à l'habitat collectif comportant plusieurs logements dans un même bâtiment, l'habitat individuel correspond à un bâtiment ne comportant qu'un seul logement et disposant d'une entrée particulière.

On distingue deux types d'habitat individuel :

  • Individuel pur ou individuel diffus : maison individuelle résultant d'une opération de construction ne comportant qu'un seul logement ;
  • Individuel groupé : maisons individuelles résultant d'une opération de construction comportant plusieurs logements individuels.

Caractéristiques de l'habitat individuel

L'habitat individuel est souvent le reflet d'un besoin d'intimité. Il symbolise aussi une certaine liberté et indépendance. Pourtant l'habitat individuel n'aboutit pas toujours à une qualité du cadre de vie satisfaisante, tant dans l'esthétique des espaces de vie que dans les relations avec le voisinage.

Impact environnemental

Par rapport à l'habitat collectif, l'habitat individuel est très consommateur d'espace, ce qui entraîne un coût plus important pour la collectivité, l'accroissement de l'urbanisation des terres agricoles ainsi qu'une augmentation de l'utilisation de la voiture.

Pour un meilleur bilan environnemental, il sera toujours plus intéressant de rénover une maison que d'en construire une neuve. En effet, construire une maison engendre des consommations d'énergie (qu'on appelle énergie grise) bien plus importantes qu'une rénovation. Et même si souvent on arrive à une performance globale moins bonne dans l'existant que dans le neuf, le bilan environnemental global est meilleur pour une rénovation basse consommation que pour une construction RT 2012.

Une solution à explorer : l'habitat individuel dense

Des études menées sur des constructions intermédiaires comme les maisons mitoyennes ou du petit collectif (bâtiment de maximum 4 logements) démontrent que le confort de tels habitats peut surpasser celui de l'habitat individuel classique.

L'habitat individuel dense peut favoriser à la fois l’intimité et les interactions sociales, sans créer ni enfermement, ni sentiment de promiscuité.

Pour ce faire, les différents espaces extérieurs privatifs ou partagés (jardins, terrasse, accès, emplacements pour la voiture…) devront être particulièrement soignés. L’articulation de ces espaces entre eux est également fondamentale.

Évolution de l'habitat individuel

L'habitat individuel présente des caractéristiques différentes selon la date à la quelle il a été construit :

  • Avant 1948 : avant l'industrialisation des matériaux :
    • Construction en pierres de pays ;
    • Consommations de chauffage importantes ;
    • Certain cachet, forte inertie ;
    • Risque d'humidité plus important (remontées capillaires) ;
    • Rénovation thermique économiquement rentable, mais des précautions techniques sont nécessaires.
  • Entre 1948 et 1975 : l'Homme invente le béton, mais oublie l'isolation :
    • Construction en brique ou béton ;
    • Consommations de chauffage importantes ;
    • Rénovation thermique techniquement facile, économiquement rentable.
  • Après 1975 : grande variabilité des performances thermiques :
    • Construction en brique ou béton + isolant (2 à 10 cm) ;
    • Rénovation thermique techniquement facile ;
    • Rentabilité économique dépendante de l’isolation existante.

Proportion d'habitat individuel par rapport au collectif

En France, il y a un peu plus de la moitié des logements qui sont de l'habitat individuel. Mais cela est très variable en fonction de la période de construction :

  • Logements construits avant 1948 : 65 % d'habitat individuel ;
  • Logements construits de 1949 à 1974 : 41 % d'habitat individuel ;
  • Logements construits de 1975 à 2000 : 62 % d'habitat individuel ;
  • Depuis 2000 : la proportion de construction d'habitat individuel par rapport au collectif a tendance à baisser et représente à présent moins de la moitié des construction de logements.

Pour aller plus loin :

40 plans de maison

40 plans de maison : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour aménager intérieur et extérieur
  • 40 plans de maison illustrés
Télécharger Mon Guide

Ces pros peuvent vous aider