Sommaire

Vous souhaitez vous initier au bricolage ? Vos premières expériences vous ont donné l'envie d'approfondir le sujet ? En un mot, vous vous découvrez une âme de bricoleur et prêt à explorer tous les domaines de ce vaste domaine !

Avant de vous lancer, un outillage minimum vous sera nécessaire. Car, si la caisse à outils renvoie à l'image du bricoleur, elle le suit aussi partout dans ses déplacements, qu'il soit débutant ou chevronné. Voici quelques indispensables pour composer votre boîte à outils de base.

Boîte à outils complète : quelle boîte choisir ?

Solidité et légèreté

Deux qualités sont essentielles pour une boîte à outils :

  • elle doit être robuste, car elle contient des éléments lourds, rigides, parfois tranchants, qui pourraient abîmer des parois fragiles ;
  • le poids de la caisse ne doit pas être handicapant, car celui des outils l'est déjà bien assez.

Matériaux

On trouve des boîtes à outils :

  • En métal (acier ou aluminium) : de loin les plus résistantes et durables. Même à bas prix (de 20 à 30 €), elles vous satisferont très longtemps. Avantages et inconvénients :
    • un visuel immédiat (système accordéon) : grâce au déploiement des différents tiroirs articulés, les outils apparaissent aussitôt sans avoir à fouiller ;
    • une grande contenance dans un minimum de volume (système accordéon) ;
    • un nettoyage facile et rapide ;
    • mais un risque de rouille pour les boîtes à outils en acier, de déformation ou de bosselage pour celles en aluminium.
  • En tissu (polyester ou bi-matière) : les "sacs à outils" sont à la mode. Ils sont néanmoins plus fragiles que leurs cousins métalliques, pour un prix souvent plus élevé (entrée de gamme de 30 à 50 €). Avantages et inconvénients des sacoches :
    • très légères, les sacoches sont déformables de part leur composition, ce qui leur confère une facilité de transport et la plus grande maniabilité ;
    • mais, certains outils peuvent les endommager (cutter, solvants…), on y cherche les outils, et leur nettoyage est malaisé.
  • En matière plastique : elles sont pratiques pour le débutant, mais leurs poignées souvent fragiles ne permettent pas de transporter une grande quantité d'outils. Avantages et inconvénients :
    • leur prix est très accessible (de 10 à 20 € pour les modèles d'entrée de gamme), mais certaines marques pratiquent des tarifs trop élevés (au-delà de 45 €) ;
    • quoique le visuel manque de lisibilité (système accordéon réduit et perfectible), elles sont faciles à nettoyer ;
    • par contre, leurs poignées sont souvent défaillantes, le caisson ou les systèmes de fermeture risquent de casser.

Outillage indispensable dans une boîte à outils complète

Rares sont les travaux de bricolage qui ne nécessitent qu'un seul outil ! Vous devrez disposer d'un "minimum vital" pour faire face à la plupart des éventualités.

Sans envisager des travaux de grande importance, une boîte à outils digne de ce nom doit tout de même vous permettre de bricoler en toute sérénité et sécurité. Pour cela, ne faites pas l'impasse sur la qualité. Un outillage bon marché vous apportera rarement satisfaction : après trois ou quatre utilisations, il sera bon... à jeter !

Pour vous aider à choisir, nous allons faire maintenant une liste des outils indispensables.

Marteau

Choisissez un marteau de menuisier ou un arrache-clou (pour le travail de charpente). Leur taille permet de les ranger facilement dans la boîte.

Scie

À bois ou à métaux (selon vos habitudes). Manipulez-la avant d'acheter : elle doit être maniable et "à votre main".

Prévoyez un sachet de lames pour la scie à métaux (elles cassent facilement si l'on manque de technique).

Pour mesurer

Inutile ici de trop dépenser, car ces éléments sont rarement inusables :

  • Un mètre à ruban : il tient peu de place. Optez pour une capacité de 3 à 5m.
  • Une équerre : en bois ou aluminium, de dimension raisonnable (20 à 25cm).
  • Un pied à coulisse : uniquement si vous prévoyez des travaux qui nécessitent de mesurer des diamètres (plomberie par exemple).

Pour maintenir et couper

Il vous faudra :

  • Une pince multiprise : aussi nommée "becro", elle est la pince "passe-partout". Son articulation réglable permet une ouverture plus ou moins grande selon l'élément à serrer (écrou, tube, collier…).
  • Une pince coupante ou une tenaille : pour sectionner les petits diamètres (fil de fer, clous, câbles électrique…). La tenaille s’accommode de sections plus importantes et permet l'extraction des clous.
  • Un cutter : privilégiez un revêtement de corps antidérapant, et une lame autobloquante standard de 18mm de large.
  • Une pince étau : cet outil reste optionnel. Il permet de libérer ses mains tout en maintenant l'élément entre ses mâchoires autobloquantes.

Pour visser et dévisser

La plupart des têtes de vis sont en forme de croix ou de fente plus ou moins évasée. Il est donc préférable de détenir une paire de tournevis pour chaque forme :

  • Un ou deux tournevis plats et cruciformes : aussi appelé "tournevis à fente", le tournevis plat se décline en plusieurs dimensions. Un 4 x 100 mm et un 5,5 x 150 mm sont suffisants pour commencer. Les tournevis cruciformes (parfois appelés pozidriv, bien que leur tête soit légèrement différente) les plus utilisés sont le 1 x 100mm et le 2 x 125mm ;
  • Un tournevis testeur : utilisé par les électriciens, il permet de visser les petites connexions et de vérifier la présence du courant dans une prise, un câble, etc. Attention toutefois à respecter les consignes de sécurité.
  • Un jeu de clés Allen : aussi appelées clés "à six pans creux". Leur forme en L permettent d'utiliser leurs deux extrémités. Elles sont indispensables pour l'assemblage de certains meubles en kit ou le démontage de petites pièces mécaniques.

Pour débloquer et desserrer

Pour (dé)bloquer, (des)serrer les écrous, boulons, tiges filetées, vis d'assemblage, il est parfois nécessaire de découpler ou ré-assembler les parties d'un tout. Pour débuter, constituez-vous un jeu de clés élémentaire. Vous pourrez peu à peu le compléter avec :

  • Une clé à molette : ses mâchoires sont réglables au moyen d'une vis sans fin. Elle s'adapte – selon son écartement et son encombrement – à la plupart des situations en remplaçant plusieurs clés plates. Un jeu de deux clés à molette (24 mm et 34 mm par exemple) est suffisant.
  • Des clés mixtes : elles ont la particularité d'être à la fois "plates" à une extrémité et "à œil" de l'autre. Certains fabricants proposent même le système dit "à cliquet" pour la partie "à œil". Selon les travaux envisagés, vous composerez un jeu de clés de différentes dimensions : de 7 mm à 14 mm pour des écrous M4 à M8 (petit à moyen), ou de 15 mm à 24 mm pour les écrous M10 à M16 (moyen à gros).
  • Des clés à pipe : à tête hexagonale ou « six pans », la clé à pipe offre une prise complète de l'écrou. De plus, sa forme (d'où son nom) permet une prise en main ferme lorsque l'on a besoin de force pour débloquer un écrou récalcitrant, ou d'accéder à des zones que la main ne peut atteindre en la tenant par l'autre extrémité. Prévoyez un jeu de clés de dimensions adaptées à vos besoins (voir ci-dessus).

Nos autres contenus en rapport avec ce sujet :

Ces pros peuvent vous aider